LA PYTHIE

De Mélanie Chappuis
Editions Slatkine
Lu en décembre 2018

Résumé : 
Adèle, étudiante en psychologie qui vit à Genève, amoureuse et entourée par sa famille. Suite à un orgasme prémonitoire, Adèle dévastée se sent obligée de partir à la recherche de ses origines.

Avis de NéLie : 5/6
Un portrait de femme inhabituel et délicat en quête de son identité de ses racines profondes en rapport avec la terre chilienne. Adèle nous emmène de Genève à la Cordillère des Andes. Elle va devoir fouiller dans les secrets de famille en utilisant des chemins plus ou moins occultes. 
Cette histoire nous apporte de la force, sous la plume sensible et attachante de Mélanie Chappuis qui nous parle toujours aussi bien du destin de femme particulière.

Comme dans son précédent livre : Ô vous, soeurs humaines

https://2copinesetdeslivres.ch/o-vous-soeurs-humaine/

Le petit ++, Merci à Mélanie Chappuis pour le moment de partage  jeudi 20 décembre 2018 au café Slatkine entourée de la musique d’Aliose, Guillaume Pi et Doris Sergy.

MONSIEUR QUINCAMPOIX

De Fred Bocquet
Edition Cousu mouche
Lu en octobre 2018

Résumé :
Un petit livre qui raconte l’histoire d’un homme qui après être tombé dans la baignoire de sa salle de bain est réincarné en bouledogue français que sa femme vient adopter.

Avis de Lie 5,5/6
J’ai beaucoup rigolé, ce livre est touchant et piquant. Il nous apprend, surtout, à mieux regarder l’autre.

Merci pour les conseilles de la libraire Atmosphère qui me l’a conseillé.
http://www.blogatmosphere.ch

LES SUPRÊMES

Edward Kelsey Moore
Edition Acte Sud
Lu en juillet 2018

Résumé :
Trois destins de femmes noires dans un Etat ségrégationniste des Etats-Unis des années 50 à nos jours.

Avis de Né : 5/6
Pour ma part, un début de récit difficile, j’étais perdue avec tous ces personnages, j’ai eu de la peine à rentrer dans l’histoire. Puis le déclic c’est fait, j’ai aimé suivre la vie des Suprêmes : l’intrépide Odette, la bombe sexuelle Barbara Jean et la sage Clarice dans une période trouble de l’histoire. Un roman attachant, de pardon et de résilience.

Avis de Lie 5,5/6
J’ai aimé ces caractères de femmes fortes, battantes et troublantes, dont la vie et les Hommes n’ont pas aidé. On passe dans la peau d’une à l’autre ce qui est encore plus vivant.

LA FEMME QUI NE VIEILLISSAIT PAS

de Grégoire Delacourt
Edition JC Lattès
Lu en juin 2018

Résumé :
À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément…

Avis de Né : 5/6
La jeunesse éternelle une chance ou une malédiction ?
J’ai beaucoup aimé ce roman sur le temps qui passe. Suivre Martine-Betty dans sa vie qui se déroule sans que les années ne l’atteignent à la fois tendre et cruelle.
Pour moi qui rentre dans la cinquantaine avec ces changements inévitables que je dois apprendre à gérer au mieux, ce récit m’a fait beaucoup de bien.

En conclusion, tous les matins je suis ravie de voir mes rides dans le miroir.

Avis de Lie : 5/6
J’ai beaucoup aimé cette histoire, si bien contée en légèreté par Grégoire Delacourt.
On ressent la tristesse de Martine à la mort de sa mère et on la suit dans les années qui filent si vite, mais qui pour elle ne se remarque pas sur son enveloppe extérieur. Le combat d’une femme qui veut absolument dépasser l’âge de ses 30 ans.
Entre mélancolie, amour et recherche du bonheur tout simple, l’histoire de cette femme est touchante et apporte une autre vision des cycles de la vie.

A lire le temps d’un week-end.

QUATRE MURS ET UN TOIT

De Camille Anseaume
Edition Calmann-Levy
Lu en avril 2018

Résumé :
Les parents de Camille vont vendre la maison normande où elle a passé son enfance, elle décide d’y retourner une dernière fois une semaine toute seule au « 72alléedelaprimevère » (chez elle, on a toujours prononcé d’un trait) pièce après pièce elle va lui dire au revoir mais tous les souvenirs familiaux ressorts.

Avis de Lie : 5/6
Apprendre à quitter la maison de son enfance et adolescence, une retrouvailles entre passé et présent retour sur les années entre tendresse, rire et pleure. Des décennies de vie entre ses parents, son frère et ses soeurs beaucoup de nostalgie, j’ai aimé les retour en arrière par petite touche.

Avis de Né : 5/6
J’ai aimé cette histoire qui m’a fait retourner dans ma propre maison d’enfance avec tous ces souvenirs, ces fêlures. L’anecdote de la mobylette a pour moi un goût de vécu qui m’a plongée dans l’adolescence.

Un roman tout en mélancolie et douceur que j’ai lu, en une journée et que j’ai refermé conquise et en paix.

Nous vous conseillons ce portrait intime une déclaration d’amour à la famille.

CHANGER L’EAU DES FLEURS

De Valérie Perrin
Edition Albin Michel
Lu en mai 2018
PRIX DE LA MAISON DE LA PRESSE 2018

Résumé :
Violette est garde-cimetière dans un village de Bourgogne, les gens de passages et les habitués s’arrêtent dans sa maison pour boire un thé ou quelque chose de plus fort. Un jour un homme demande à Violette si elle sait pourquoi sa mère qui habitait à Marseille veut reposer avec un homme enterré dans son cimetière, un homme avec lequel il pense qu’elle n’a aucun lien.

Avis de Né 6/6 ENORME COUP DE COEUR
J’avais déjà lu avec beaucoup d’émotions « Les Oubliés du Dimanche », c’est avec appréhension que j’ai commencé le 2ème roman de Valérie Perrin ! Un second livre est toujours très attendu souvent nous avons peur d’être déçu. Mais là ce fût instantané, Violette m’a happée page après page, je me suis enfermée dans ma bulle pendant 4 jours tellement ce récit est envoûtant, prenant. Les personnages sont tellement bien décrits que nous avons l’impression d’être dans le livre avec eux. J’ai traversé toutes les émotions, jusqu’à la dernière page nous sommes surpris. Il m’a fallu quelques jours pour sortir de ce livre et passer à un autre.

A lire absolument et que je vais offrir sans modération.

« On ne rencontre jamais les gens par hasard. Ils sont destinés à traverser notre chemin pour une raison. »

Avis de Lie 6/6 IMMENSE COUP DE COEUR
Changer l’eau des fleurs va devenir un livre référence pour moi, il y a dorénavant un avant et un après cette lecture, j’ai appris tellement de chose sur mes émotions, je viens de le finir et mon nez coule encore et je sèche mes larmes.
Ce nouveau roman de Valérie Perrin est une ode à la vie, j’aurais voulu ne jamais le terminer, je me sens orpheline des personnages et de l’ambiance. Dans cette histoire, nous ressentons tout les parfums : l’abandon, la haine, la peur, la détresse, la renaissance, le souvenir, l’écoute, la mort et l’amour tous ça dans un jardin merveilleux au bord d’un cimetière, la limite entre la vie et la mort.

Merci à Valérie Perrin qui m’avait enchantée avec « les oubliés du dimanche » et qui m’a une nouvelle fois désarçonnée avec « Changer l’eau des fleurs » qui restera pour moi un immense coup de coeur.

Comme Né, je vous le conseille et je sais que je vais l’offrir les yeux fermés.

« Je suis redescendue dans la cuisine, j’ai fait bouillir l’eau pour le thé et j’ai aéré la pièce. J’ai fini par retourner au jardin. J’ai fini par changer l’eau des fleurs. J’ai à nouveau reçu les familles, leur ai servi quelque chose de chaud ou de fort à boire. »

UNE LONGUE IMPATIENCE

Prix du Public au Salon du Livre de Genève 2018
De Gaëlle Josse
Edition Notabilia
Lu en mars 2018

Résumé
Juste après la deuxième guerre en Bretagne, Le fils d’Anne, Louis 16 ans ne rentre pas à la maison. C’est l’histoire de cette déchirure, les inquiétudes et les regrets. D’une lente attente et d’espérance.

Avis de Né 5/6
La couverture résume bien cette histoire de cette mère qui va attendre, jour après jour, sur cette falaise le retour de son fils parti sans un mot, mais il y a aussi l’histoire de la femme tiraillée entre l’amour pour son fils et celui de son nouvel époux dans cette famille recomposée. La fin est sublime et douloureuse. Très belle plume sur un sujet pas facile à aborder sans tomber dans le mélodrame.

Avis de Lie 6/6
Bouleversant pour toutes les mères d’adolescents ce livre est le reflet de nos inquiétudes et de nos angoisses.
J’ai aimé plonger dans la vie de cette femme qui nous décrit son passé mais aussi son avenir avec ses deux autres enfants et son mari aimant mais dont la fracture de la douleur ne se refermera jamais.
Un roman sur la Bretagne que je viens de quitter et dont j’ai ramené dans ma valise ce petit bijou de la librairie Guillemot de Pont l’Abbé (Finistère).
Je ne veux pas vous dévoiler la fin mais je trouve que ce roman est d’actualité et on se rend bien compte que chacun gère sa peine différemment.

LA MEILLEURE FACON DE MARCHER EST CELLE DU FLAMANT ROSE

de Diane Ducret
Edition Flammarion
Lu en en avril 2018

💗💜💗 Bouleversant
La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Avis de Né : 6/6
A en croire l’auteure quand les fées se sont penchées sur son berceau elles avaient trop picolé ! Des parents absents, l’école buissonnière, la chute de cheval fatal, les mauvaises rencontres. Diane Ducret, nous livre un roman intimiste d’une grande sensibilité tout en pudeur avec son grain de folie. Une lecture qui m’a touchée et que j’ai lue d’une traite avec beaucoup d’émotion sur la fin.

Avis de Lie 6/6
Que dire de ce livre en deux mots, un peu pleuré et beaucoup ri. Imaginer l’enfance et l’adolescence pas toute rose d’Enaid abandonnée par ses parents, chez des personnes d’un certain âge qu’elle doit apprendre doucement à connaître le tout sur une patte comme un flamant rose. Un roman sous la plume de Diane Ducret où nous retrouvons tous les ingrédients pour une aventure pleine de finesse, de dérision et d’émotion.
« Le mot « aimer » est utilisé pour tout et n’importe quoi les grands sentiments s’expriment dans des petites émotions. »

LA MAISON DES BROUILLARDS

D’Eric Berg
Edition Slatkine & Cie
Lu en février 2018

Résumé : Le temps d’un weekend, une bande de copain se retrouve après 15 ans chez Philippe un célèbre architecte dans sa somptueuse maison sur l’île de Hiddensee, le séjour tourne au cauchemar. En effet, lors d’une tempête une tuerie a lieu dans la maison des brouillards. 2 ans plus tard, la journaliste Doro Kagel doit écrire un article sur cette tragédie et reprend l’enquête.

Avis de Lie : 6/6
Ce n’est pas le premier livre que je lis qui est traduit de l’allemand et j’avoue que j’aime énormément. J’ai été tout de suite prise par cette intrigue et surtout cette ambiance, on navigue entre le passé et le présent d’un chapitre à l’autre ce qui apporte beaucoup de dynamisme. On enquête en même temps que la journaliste et on apprend à connaître les acteurs de cette histoire du passé. Jusqu’à la dernière page je ne me suis pas doutée de qui était l’assassin. Bien que j’ai le sentiment que la journaliste n’a pas suivi certaine piste et passé à côté de certains éléments. J’ai également trouvé que l’auteur (homme) avait habilement prit la place de son héroïne, je trouve toujours complexe d’endosser ce rôle et, dans ce cas, l’exercice a été réussi avec brio.

Avis de Né : 6/6
Pour ma part véritable coup de coeur de ce début d’année. Malgré une petite appréhension au départ car je trouvais la couverture angoissante ! Bien au contraire, cette lecture n’a rien d’inquiétante. Voilà une intrigue bien construite et efficace. Les personnages sont obscurs et nous nous faisons surprendre jusqu’à la dernière page. Nous recommandons vivement cette lecture. Nous avons été emballée par Eric Berg que nous allons continuer à suivre.

LA FISSURE

De Jean-Paul Didierlarent
Edition Au Diable Vauvert
Lu en mars 2018

Résumé :
Xavier Berthoux à une vie bien réglée entre son travaille, son épouse, son chien et sa maison de campagne. Mais voilà qu’un week-end il découvre une fissure sur la façade de sa résidence secondaire…. toute son existence va en être chamboulée.

Avis de Né : 5
Un excellent moment de lecture qui fait du bien, la profession de Xavier commercial dans une fabrique de nain de jardin, nous donne des situations drôles et cocasses. Du moment qu’il découvre la fissure c’est l’effet domino dans sa vie, nous sommes pris dans son tourbillon de délire. J’ai adoré !

Avis de Lie : 4
Pour ma part je suis plutôt partagée, alors que je suis une grande fan des deux premiers romans (Le Liseur du 6h27 et Le reste de leur vie).Celui ci est peut-être un peu trop déjanté. J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, actuellement tous les livres que je lis sont trop lents. Dans le cas de « La fissure » je trouve que le récit est long à se mettre en place. Par contre, j’ai aimé le scénario qui découle des péripéties de Xavier avec son nain de jardin que j’ai trouvé original et frais.