AVANT QUE L’OMBRE…

De Marie Javet
Plaisir de Lire
Lu en juillet 2018

Résumé :

1977-1982 Mais que c’est il passé dans cette étrange demeure ?
2015 Que veut l’ombre qui rôde et qui vient réveiller les secrets des habitants de la maison ?

Avis de Né : 4.5/6
Un suspens psychologique habile où les habitants de la maison tombent, disparaissent les uns après les autres. Les personnages sont inquiétants et secrets, un bémol pour Camille qui est un peu trop conciliante à mon goût. J’aurai bien voulu en savoir plus sur son mariage et sa chute. Il m’a manqué un peu de frisson lors de ma lecture toutefois dans l’ensemble une intrigue bien construite à la manière d’une partie d’échec.

Avis de Lie : 4/6
Pour ma part, j’ai eu de la peine à entrer dans l’histoire, le huis clos m’a pesée dès le début, par contre nous sentons bien l’ambiance ombrageuse qui plane sur cette maison les fantômes sont là et vont y rester.
Les personnages m’ont plutôt énervé et mon sentiment est perplexe car je trouve que le personnage principal de Camille accepte beaucoup de choses sans trop réagir.
J’ai beaucoup aimé les retours par chapitre sur les années 80 ils sont intéressants et extrêmement bien documentés.

Nous avons été troublée par le choix de la couverture que nous ne trouvons pas très accrocheuse. Nous avons eu l’occasion d’en discuter avec Marie Javet et nous comprenons mieux son choix. Maintenant à vous de vous faire votre opinion après lecture du roman.

LES SUPRÊMES

Edward Kelsey Moore
Edition Acte Sud
Lu en juillet 2018

Résumé :
Trois destins de femmes noires dans un Etat ségrégationniste des Etats-Unis des années 50 à nos jours.

Avis de Né : 5/6
Pour ma part, un début de récit difficile, j’étais perdue avec tous ces personnages, j’ai eu de la peine à rentrer dans l’histoire. Puis le déclic c’est fait, j’ai aimé suivre la vie des Suprêmes : l’intrépide Odette, la bombe sexuelle Barbara Jean et la sage Clarice dans une période trouble de l’histoire. Un roman attachant, de pardon et de résilience.

Avis de Lie 5,5/6
J’ai aimé ces caractères de femmes fortes, battantes et troublantes, dont la vie et les Hommes n’ont pas aidé. On passe dans la peau d’une à l’autre ce qui est encore plus vivant.

PETITE

De Sarah Gysler
Editions des Equateurs
Lu en septembre 2018

Résumé :
Le récit autobiographique de Sarah Gysler qui va traverser l’Europe seule pour atteindre le cap Nord, en stop et sans argent… pour sauver sa vie.

Avis de Né : 6/6
Ce livre est une claque à nos certitudes !
Sarah Gysler à une vision bien percutante pour son jeune âge sur le monde qui nous entoure, cela m’a fait réfléchir sur nos choix, notre éducation, sur nos envies de toujours plus !
Je l’ai lu d’une traite, je pense que nous devrions le faire lire à tous nos proches jeunes ou moins jeunes.

Extrait « Je me suis toujours sentie très proche de mon père… Il nous a offert le plus beau des cadeaux, celui de pouvoir être petits avant de devenir grands. »

Avis de Lie : 6/6
Pour moi il a été un livre bouleversant, Sarah à l’âge de mon premier fils et il m’a fait comprendre beaucoup d’erreur que l’on fait parents et m’a balancé surtout ma propre éducation que j’ai répété et ce malgré que je ne voulais pas le faire.

J’ai été fascinée par son écriture coup de poing, belle jeune poétique…
Sarah nous emporte avec elle et nous ouvre les yeux sur les échanges qu’elle va créer avec la majorité de ses rencontres sur sa route.
Je ressors plus humaine avec l’envie de rencontrer d’autre peuples.

Extrait « J’ai gagné de ces échanges une indéniable leçon de vie : la gratitude et la générosité rendent heureux. »

Retrouvez Sarah Gysler sur son blog http://laventurierefauchee.com

Nous avons partagé cette lecture avec Stella de Bouquiner, retrouvez sa chronique en cliquant https://www.bouquiner.ch

UN JOUR, TU RACONTERAS CETTE HISTOIRE

Edition Philippe Rey
Lu en mai 2018
Sorti au Edition 10/18 en septembre 2018

Résumé :
une partie de la vie de Joyce Maynard.

Avis de Lie : 6/6
Je voudrais que ce livre soit à part, à part de ma bibliothèque, à part de ma vie.
Une histoire qui te change car j’ai partagé le même combat.
Tout d’abord j’adore cette auteure j’ai déjà lu plusieurs romans (Les filles de l’ouragan les filles de l’ouragan et Les Règles d’usage les règles d’usage), je me suis donc jetée sur ce nouveau récit que j’ai trouvé en occasion dans une librairie de Lyon, maintenant je me dis “comment peut-on revendre un livre pareil !”
Personnellement je ne suis pas très récit j’aime plutôt les romans, j’ai donc eu de la peine à rentrer dans l’histoire ou plutôt à rentrer dans “Sa” vie j’ai l’impression de déranger de faire la voyante.

Le début de son récit est l’histoire de son immense besoin de trouver le bonheur en famille, Joyce est divorcée et à trois grands enfants mais recherche éperdument le sens du mot “former une famille”. On l’a suit dans sa démarche d’adoption de deux fillettes africaines et dans sa recherche d’un compagnon sur des sites de rencontre, ceci sans jamais trouvé chaussure à son pied.
C’est sans compter son ultime rencontre avec un homme qui deviendra son âme soeur, Jim, divorcé avec de grand enfant. L’amour va les emporter et leur faire partager tous ces petits moments d’intense bénédiction tout en voyageant entre la côte est, la côte ouest des Etats Unis et le Guatemala.
A ce moment du récit il faut vraiment faire des provisions de tout ce bonheur dégoulinant de joie et d’instant magique car leur monde va s’écrouler avec la découverte de la maladie de Jim.

Ce livre apporte une énergie incroyable, le combat de tous les instants pour la survie.

Pour moi, ce livre n’est pas un coup de coeur, il est différent, un livre médicament, un pansement au coeur comme une ode à la vie et surtout apprendre à vivre l’instant présent.

Joyce Maynard reste une auteure qui avec son écriture peut m’amener par n’importe quel sentiment, et la traduction française une nouvelle fois magnifique. Sauf bémol pour ma part, la traduction du titre “The Best of us”, Le meilleur de nous en français est vraiment un résumé parfait, pourquoi l’avoir appelé Un jour, tu raconteras cette histoire.

“Tout ce que nous avions désiré à différentes étapes de nos vies – succès argent, beauté, passion, aventure, voitures, maisons, guitares – était sans importance. Respirer suffirait.”

LA FEMME QUI NE VIEILLISSAIT PAS

de Grégoire Delacourt
Edition JC Lattès
Lu en juin 2018

Résumé :
À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément…

Avis de Né : 5/6
La jeunesse éternelle une chance ou une malédiction ?
J’ai beaucoup aimé ce roman sur le temps qui passe. Suivre Martine-Betty dans sa vie qui se déroule sans que les années ne l’atteignent à la fois tendre et cruelle.
Pour moi qui rentre dans la cinquantaine avec ces changements inévitables que je dois apprendre à gérer au mieux, ce récit m’a fait beaucoup de bien.

En conclusion, tous les matins je suis ravie de voir mes rides dans le miroir.

Avis de Lie : 5/6
J’ai beaucoup aimé cette histoire, si bien contée en légèreté par Grégoire Delacourt.
On ressent la tristesse de Martine à la mort de sa mère et on la suit dans les années qui filent si vite, mais qui pour elle ne se remarque pas sur son enveloppe extérieur. Le combat d’une femme qui veut absolument dépasser l’âge de ses 30 ans.
Entre mélancolie, amour et recherche du bonheur tout simple, l’histoire de cette femme est touchante et apporte une autre vision des cycles de la vie.

A lire le temps d’un week-end.

LE MIROIR DES ÂMES

De Nicolas Feuz
Slatkine & Cie
Lu en juillet 2018

Résumé :

Plusieurs meurtres s’enchaînent dans la ville de Neuchâtel, la police soupçonne “Le Vénitien”, parce qu’il coule du verre de Murano dans la gorge de ses victimes. Le magistrat Jemsen et sa greffière vont tout mettre en oeuvre pour arrêter ce tueur en série tout en démantelant un réseau mafieux.

Avis de NéLie :

Sous la plume de Nicolas Feuz on ne s’ennuie pas, un polar bien ficelé au rythme soutenu où les chapitres défilent à 200 à l’heure, nous constatons que l’écrivain connaît bien son sujet. La ville de Neuchâtel, nous ouvre ses bras du côté sombre ce qui nous donne pas franchement envie d’aller y faire un tour 🙂 et qui égratigne notre belle Suisse.
Les personnages sont attachants, les descriptions sont des plus réalistes ce qui nous laisse un goût amer de vérité. Nous avons perçu un changement dans l’écriture qui est plus fluide, est-ce le fait de ne plus s‘auto-éditer mais d’avoir signé avec les Editions Slatkine ? ce qui est plus que réjouissant pour la suite où nous retrouverons certains protagonistes en 2019 et nous met en joie.

!! Attention certaines scènes du livre peuvent choquer les âmes sensibles !!

NICOLAS FEUZ EN TROIS QUESTIONS

Quel ont été les changements pour vous dans le processus d’écriture de ce roman depuis que vous avez signé avec les Editions Slatkine ?
Avec mes précédents romans autoédités, j’avais quelques relecteurs et correcteurs, mais leur travail se limitait essentiellement à l’orthographe, la grammaire et la syntaxe. Par rapport à l’histoire, je bénéficiais de quelques conseils de leur part, que je suivais ou non. Avec Slatkine & Cie, la nouveauté pour moi a été un aller-retour régulier du manuscrit, avec des propositions de modifications plus profondes, notamment au niveau de la tournure française des phrases et du rythme. L’éditeur m’a, par exemple, suggéré de biffer un chapitre entier (ce sont de courts chapitres ; il y en a 83 au total). Cela m’a surpris au départ, mais il s’est avéré que c’était finalement une bonne idée s’agissant du rythme. En revanche, l’éditeur n’a pas touché à l’histoire, au scénario.

En 2019, nous allons retrouver certains personnages avec une nouvelle enquête ? ou une suite de l’intrigue du miroir des âmes ?
Je présenterais ce second tome comme une nouvelle enquête avec les mêmes personnages, plutôt qu’une suite, car l’intrigue du Miroir des âmes est close. Je viens de rédiger les trois quarts du premier jet de cette suite et je vais me rendre très prochainement quatre jours en Corse pour opérer des vérifications sur le terrain.

On aimerait savoir combien de pourcentage de vérité se cache dans votre histoire ?
Il est difficile d’évoquer un pourcentage de vérité, comme il est délicat de donner des exemples concrets pour ne pas spolier l’histoire. Je dirais simplement que le texte a été relu, corrigé et approuvé par trois policiers en fonction : un spécialiste de l’infiltration (formateur romand et lui-même personne de contact ou coverman), un spécialiste du renseignement (terrorisme et hooliganisme) et un spécialiste des réseaux albanais de prostitution. Maintenant, à ce jour, aucune bombe n’a encore explosé en plein centre-ville de Neuchâtel…

QUATRE MURS ET UN TOIT

De Camille Anseaume
Edition Calmann-Levy
Lu en avril 2018

Résumé :
Les parents de Camille vont vendre la maison normande où elle a passé son enfance, elle décide d’y retourner une dernière fois une semaine toute seule au « 72alléedelaprimevère » (chez elle, on a toujours prononcé d’un trait) pièce après pièce elle va lui dire au revoir mais tous les souvenirs familiaux ressorts.

Avis de Lie : 5/6
Apprendre à quitter la maison de son enfance et adolescence, une retrouvailles entre passé et présent retour sur les années entre tendresse, rire et pleure. Des décennies de vie entre ses parents, son frère et ses soeurs beaucoup de nostalgie, j’ai aimé les retour en arrière par petite touche.

Avis de Né : 5/6
J’ai aimé cette histoire qui m’a fait retourner dans ma propre maison d’enfance avec tous ces souvenirs, ces fêlures. L’anecdote de la mobylette a pour moi un goût de vécu qui m’a plongée dans l’adolescence.

Un roman tout en mélancolie et douceur que j’ai lu, en une journée et que j’ai refermé conquise et en paix.

Nous vous conseillons ce portrait intime une déclaration d’amour à la famille.

© 2018 2 Copines et des Livres