LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEURS

De Olivia Ruiz
JC Lattès
Lu en décembre 2020

Résumé :
Lors du décès de sa grand-mère, une jeune femme hérite une commode qui l’a fait fantasmer toute son enfance. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir les 10 tiroirs et découvrir la vie de son Abuela ainsi que des secrets bien dissimulés.

Avis de Né : 5/6
Une belle découverte de fin d’année. Un roman colorés où il est question de déracinement et de transmission. Quel magnifique cadeau que lui fait sa grand-mère en lui léguant cette commode où la petite fille peut enfin comprendre d’où elle vient qu’elles sont ses racines espagnoles.
Beaucoup d’intensité dans les émotions, nous passons du sourire aux larmes.
Il souffle comme un vent de liberté sur ce livre.

Avis de Lie : pas terminé
Je n’ai pas réussi à entrer dans cette histoire malgré le fait que j’étais la première des 2 copines à vouloir le lire. Peut-être, s’agit-il d’un sujet trop sensible pour moi qui ai dû vider l’appartement de ma propre grand-mère, du coup, j’ai eu du mal à prendre du recul sur l’histoire.
A contre coeur, je n’ai pas pu finir ce livre.

LES PROTEGES DE SAINTE KINGA

De Marc Voltenauer
Slatkine & Cie
Lu en septembre 2020

Résumé :
L’intrigue se déroule sur deux périodes, alors que l’une des histoires évoque l’arrivée d’Aaron Salzberg, en mai 1826, descendant d’une diligence sur la place de Bex. Son exil dans les Alpes vaudoises va tourner à la tragédie.
L’autre intrigue se déroule de nos jours, où un homme déguisé en Charlot, retient en otage des élèves d’une classe en sein d’une mine. Deux intrigues qui ont des liens communs : les fameuses mines de sel de Bex. Le compte à rebours commence pour l’inspecteur Auer.

Avis de Né : 5/6
J’étais ravie de retrouver les personnages de Marc Voltenauer dans ce quatrième opus. Un roman où je suis rentrée directement dans l’histoire. Les personnages sont captivants, le rythme est soutenu, l’inspecteur Auer est un peu en retrait ce qui n’est pas désagréable dans le déroulement de l’enquête. Nous sommes vraiment centrer sur l’intrigue ainsi que sur les chapitres racontant l’année 1826.
Je remercie Marc de prendre son temps entre chaque roman ce qui se ressent énormément dans ses recherches historiques. Le résultat est vraiment excellent, nous visualisons magnifiquement bien notre belle région.
J’ai apprécié le brin de folie de la fin.

LE SYNDROME DU SPAGHETTI

De Marie Vareille
Edition pocket jeunesse
Lu en janvier 2021

Résumé :
Léa adolescente de 16 ans est un grand espoir de la ligue féminine de baskets des Etats-Unis. Elle doit commencer sa formation mais un drame va interrompre ses projets tout tracés. Mais le destin va mettre sur sa route Anthony jeune homme en rupture sociale.

Avis de Né : 4/6
Pour ma part, je suis un peu mitigée sur cette histoire : certains passages étaient ennuyeux par exemple dans les chapitres de flirt et d’autres étaient passionnants comme les chapitres avec la maman et la soeur dans leurs reconstructions après le drame. Après la lecture d’exellentes chroniques sur ce livre ! je suis peut-être passé à côté de cette histoire ?
J’ai nettement préféré le premier roman de Marie Vareille.
Lien et chronique ci-dessous.

Avis de Lie : 5/6
J’aime énormément cette auteure et son dernier roman ne déroge pas à la règle. On entre directement dans le monde du basket et des amours d’adolescent jusqu’au jour où tout bascule dans l’univers de la jeune femme.
Beaucoup d’émotions une belle histoire qui nous rappelle que l’important et de ne jamais baisser les bras et continuer à se battre malgré les épreuves.

LES LENDEMAINS

De Mélissa Da Costa
Albin Michel
Lu en Décembre 2020

Suite à un tragique accident, Amande ne pensait pas que l’on pouvait avoir si mal. En se réfugiant dans une maison isolée en Auvergne pour vivre pleinement son chagrin, elle tombe par hasard sur les calendriers horticoles de l’ancienne propriétaire des lieux. Guidée par les anotations manuscrites de Mme Hugues, Amande s’atelle à redonner vie au vieux jardin abandonné.

Avis de Né : 5/6
Après « Tout le bleu du ciel » qui m’avait transporté (https://2copinesetdeslivres.ch/?s=ciel). Le deuxième roman est toujours attendu avec impatience et nous sommes parfois déçu, mais là Mélissa Da Costa s’en sort à merveille.
L’auteure aborde à nouveau un sujet sensible, la perte d’un être cher. Le début du roman est dur, violent, il nous prend aux tripes. En seconde partie, la plume est bienveillante et pleine de douceur, Mélissa Da Costa, amène son héroïne sur le chemin de la reconstruction qui se fera au fil des saisons et des rencontres tout en prenant soin de son jardin.
Ce roman raisonne très fort en moi, surtout le lien qu’il y a entre le deuil et les saisons. Après un hiver froid et sombre au printemps la vie renaît.

Un véritable hymne à la vie.


LÀ OÙ CHANTENT LES ECREVISSES

De Délia Owens
édition du Seuil
Lu en septembre 2020

Résumé :
Kya abandonnée par sa famille à l’âge de dix ans doit apprendre à survivre seule dans une cabane dans les marais au fin fond de la Caroline du Nord.
La solitude et la débrouille seront son chemin jusqu’au jour où une personne mal intentionnée lui promette une autre vie.

Avis de Né : pas terminé
J’ai commencé cette lecture sur les conseils et l’enthousiasme de Lie. Malheureusement, je n’ai absolument pas partagé son avis. Très vite, je me suis sentie prise aux pièges de ces marais, comme angluée dans des sables mouvents. Je n’ai pu terminer cette lecture trop opresante pour moi !

Avis de Lie 5,5/6
Un titre et une page de garde magnifique qui m’a tout de suite attirée. On sent vraiment que l’auteur est une spécialiste des ouvrages sur la nature. En effet, c’est son premier roman après plusieurs livres de botanique, tout est si bien décrit, les oiseaux, animaux et saisons, qu’on a l’impression de suivre la jeune Kya dans chaque étape de son apprentissage. Par ailleurs, tout est là pour qu’on s’attache à ce personnage qui doit s’adapter et survivre dans ce milieu hostile.
Cette petite fille rejetée par tous, car sale et pieds nus, deviendra « la fille des marais ». Jusqu’au jour où le playboy du coin, avec qui elle entretenait une liaison, est retrouver mort…
Une histoire qui m’a littéralement touchée et happée de bout en bout de ma lecture.

LE JOUR OÙ

D’Amélie Antoine
Editions de Noyelles
XO Editions
Lu en octobre 2020

Résumé :
Printemps 2019, un cimetière parisien.
Rebecca a pris l’habitude de venir fleurir des tombes à l’abandon.
Benjamin, lui, vient assister à l’enterrement d’un inconnu.

Avis de Né : 6/6
Une histoire qui m’a entièrement transportée, le sujet de la reconstruction après un deuil, est sombre mais tellement bien raconté avec beaucoup de sensibilité. L’auteure trouve les mots justes sans dénaturer ses deux personnages, avec leurs parts d’ombres, qu’ils arrivent tout doucement à mettre de côté afin de voir que la vie vaut la peine d’être vécue, et ce malgré de profondes cicatrices.

Avis de Lie : pas terminé
Je ne suis pas si emballée que ma copine, pour moi le rythme est trop lent et n’a malheureusement pas su me séduire. Malgré le fait que cette histoire semblait avoir tout pour plaire.
Je n’ai d’ailleurs pas terminé roman.

LA PAPETERIE TSUBAKI

D’Ogawa Ito
Editions Philippe Picquier

Résumé :
Hatoko est de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas d’écrivain public. La papetrie devient bientôt un lieu de partage et de réconciliations inattendues.

Avis de Né : 6/6
Un roman à l’atmosphère japonaise douce et zen qui se déroule au fil des saisons. J’adore, les papeteries et librairies pour leurs odeurs, dans ce récit, j’ai été gâtée.
Nous suivons Hatoka dans son travail d’écrivain quand elle reçoit ses commandes, les détails de la sélection du papier, de l’écriture horizontale ou verticale, à la couleur de l’encre, utilisera t’elle une plume, un stylo tout ceci en fonction du destinataire de la correspondance, jusqu’au choix du timbre.
L’héroïne nous entraîne aussi dans sa ville Kamakura (au sud de Tokyo) à la visite des temples et cérémonies. Ainsi qu’à la dégustation des mets aux saveurs japonaises.
Un récit tout en raffinement et délicatesse avec une pointe d’amour. Qui donne envie de lâcher son ordinateur et de sortir sa plume.

Du même auteure le Jardin arc-en-ciel notre chronique ci-dessous.

https://2copinesetdeslivres.ch/?s=JARDIN

ALABAMA 1963

De Ludovic Manchette et Christian Niemec
Edition Le cherche midi
Lu en octobre 2020

Résumé :
Alabama, 1963. Alors que le racisme bat son plein, plusieurs fillettes noires sont retrouvées assassinées dans la ville de Birmingham. Bud Larkin, détective privé rongé par l’alcool et raciste est payé par le père de la première victime pour retrouver l’assassin. Adela Cobb femme de ménage noire va l’aider à entrer dans sa communauté pour enquêter.

Avis de Né : 5/6
Un roman fort qui nous emmène rapidement dans cette Amérique des années soixante, une époque pas si lointaine, avec des événements historiques marquants et pour certains, malheureusement, toujours d’actualité!
Les personnages principaux et secondaires sont si attachants, drôles et ironiques. Nous sommes aussi saisi par l’émotion avec des dialogues piquants au ton léger entre Adela et Bud.
Une belle surprise.

« les imbéciles sont repartis sans distinctions de couleur! »

Avis de Lie 6/6
Je me suis plongée dans cet univers de l’Amérique raciste et ségrégationniste qui est dur et passablement déstabilisant. Cet ouvrage écrit à quatre mains, nous entraîne dès les premières pages, grâce au dynamisme de ces deux auteurs, traducteurs de films et de séries américaine.
J’aime particulièrement le mélange polar et les faits historiques, qui nous plonge en 1963 entre l’emprisonnement de Martin Luther King et l’assassinat de JFK, m’a tenue en haleine de bout en bout.
Même si, il me laisse un goût amère et de désillusion sur le racisme en refermant cette histoire.
Je vous le conseille vraiment ce magnifique roman à la fin surprenante.

« Vous préférez qu’on dise de vous que vous êtes une femme noire ou que vous êtes une femme de couleur ?
-Je préfère qu’on dise que je suis une femme bien »

LES ROSES SAUVAGES

De Marie Javet
Edition Plaisir de lire
Lu en août 2020

Résumé : Un meutre impuni, un dangereux prédateur, mais qui sont les roses sauvages ?

Avis de Né : 5/6
Un roman psychologique extrêmement bien ficelé. Une première partie que j’ai trouvé légèrement lente. Mais dès le deuxième acte  le rythme devient soutenu et tendu ! L’auteure parvient à nous décrire un prédateur-manipulateur-psychopathe à faire froid dans le dos. Dans le dernier acte, je ne pouvais plus décrocher du récit.
Marie Javet, nous tient et nous emmène à démêler le vrai du faux  avec brio  jusqu’à la dernière page de son roman.
Nous suivons Marie Javet depuis son premier roman et je trouve cet opus très réussi.